Le Carnaval de Martinique

Noël, Pâques, Tour cycliste, Tour des Yoles, festivals de musique,… toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête en Martinique. Mais celle qui reste de loin la plus attendue et la plus populaire est le Carnaval.

Imaginez 4 jours de folie où tout le monde s’amuse non stop, costumés, déguisés, et maquillés.

Les origines du Carnaval

Esclaves portant des costumes
Source

Le carnaval martiniquais est un  événement multigénérationnel né de la fusion des cultures européenne, africaine et amérindienne. Il est donc très différent de celui de Nice, Rio ou Venise.

A l’origine, les esclaves se réunissaient en secret le dimanche après-midi pour célébrer leurs cultures et traditions d’origine à travers des chants et des scènes musicales.

4 jours de fête

Le Carnaval de Martinique s’organise dans toutes les villes mais la grande parade se déroule à Fort-de-France en suivant un programme thématique.

Source

Dimanche gras

Crédits photo : Benny
Source

Le Dimanche gras, le jour de lancement du carnaval, la première parade est à 4h00 du matin pour le traditionnel Vidé (= parade en créole) en pyjama.

Puis l’après-midi, sa majesté Vaval, une statue  représentant un fait de société est présenté au public : c’est le roi du Carnaval.

Lundi gras

Crédits photos : Fernand Bibas
Source

Le Lundi Gras, les carnavaliers se prêtent au jeu des mariages burlesques : les hommes s’habillent en femmes et vice versa.

Mardi gras

Crédit photo : Henri Salomon
Source


Le Mardi Gras, tout le monde s’habille en rouge et noir : c’est la sortie des Diables Rouges. Ces personnages originaires d’Afrique s’appliquent à faire peur aux enfants avec des masques ornés de miroirs qui symbolisent la connaissance et de cornes qui représentent l’abondance.

Mercredi des Cendres

crédit photo : Henri Salomon
Source

Le Mercredi des Cendres, tout le monde s’habille en noir et blanc pour la crémation de Vaval. C’est donc le dernier jour du carnaval.

L’ambiance

Les rythmes sont donnés par les groupes de percussions tous plus créatifs les uns que les autres, les chars équipés de hauts parleurs et les voitures customisées, appelées Bwadjak, qui se lancent dans des défis sonores.

Les nombreuses traditions qui accompagnent cet événement ne cessent d’évoluer mais la créativité et l’originalité sont toujours au rendez-vous pour des carnavaliers prêts à lâcher prise pendant quelques jours.

Article rédigé par Sandrine Sibéran, responsable pédagogique à France Langue Martinique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu