Tout savoir des secrets de Notre-Dame de Paris

Que serait Paris sans la cathédrale des cathédrales ? Tous les français et amoureux de la France pourront vous parler de ce monument ayant fait rêver tous les enfants lorsqu’on leur contait les aventures de Quasimodo et d’Esméralda. 

Mais connaissez-vous vraiment cette œuvre grandiose, si vieille mais toujours un incontournable dans le cœur des français ? 

Quelques chiffres et un peu d’histoire

La cathédrale Notre-Dame de Paris est située sur l’ile de la Cité dans le 4èmearrondissement de la capitale. Sa construction fut dirigée sous Louis VII et a débuté en 1163 avec la présence du pape Alexandre III. Le chantier a duré jusqu’en 1345 pour mettre sur pied cette oeuvre gothique.

Il s’agit du monument le plus visité d’Europe avec environ 13 millions de visiteurs par an, soit 30 000 curieux par jour pénétrant dans un bâtiment d’une superficie de 4800m2. Heureusement qu’elle a une capacité d’accueil de plus de 6000 personnes !

La cathédrale la plus connue de France, a été, avant la tour Eiffel, le monument le plus près des nuages avec une hauteur totale de 96m en haut de la flèche et 69m en haut des tours. De plus, ce monument historique s’étale sur 130m de long. La cathédrale abrite aussi l’un des plus grands et des plus beaux orgues au monde avec 7374 tuyaux ; et un orgue de cœur avec 1840 tuyaux.

Laissez-vous embarquer par les notes de Bach jouées sur le grand orgue de Notre-Dame !

Morceau de Bach joué à l’orgue de Notre-Dame de Paris

La Bible est aussi retracée le long des trois portails pour permettre à tous les chrétiens d’avoir accès aux connaissances bibliques même sans savoir lire. Enfin, sa charpente est appelée « la forêt » puisqu’elle a été fabriquée avec 1300 chênes, soit environ 21 hectares de forêts.

Pas étonnant qu’elle appartienne au patrimoine mondial de l’UNESCO ! 

Découvrez la cathédrale avec une visite à 360°

Des vitraux colorés

Rosace ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Rosace façade ouest Notre-Dame de Paris

Les vitraux les plus connus de Notre-Dame sont évidemment les trois rosaces qui font face à la ville de Paris de tout côté et qui siègent parmi les murs de la cathédrale depuis le XIIIe siècle. Sur la grande rosace de la façade ouest, entre les deux tours, on peut dénombrer 48 vitraux. Cette rose mesure environ 13m de diamètre et ce chef d’œuvre laisse apercevoir sur ses trois cercles de vitraux des scènes agricoles, des vices et des vertus, mais aussi les signes du zodiaque avec Marie mise au centre. Ce vitrail comme les deux autres est une prouesse technique et un véritable chef d’œuvre artistique pour l’époque et encore de nos jours. 

Quelques anecdotes

En 1831, Victor Hugo publie son roman Notre-Dame de Paris et obtiendra le succès qu’on lui connait aujourd’hui. Mais avant cela, la cathédrale jouait un tout autre rôle au sein de la capitale française. Pendant 9 ans, la bâtisse religieuse était un entrepôt dans lequel on y gardait et empilait des tonneaux de vins. 

“L’architecture est le grand livre de l’humanité, l’expression principale de l’homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence.”

http://evene.lefigaro.fr/livres/livre/victor-hugo-notre-dame-de-paris-480.php?citations

Et, des années plus tard, en 2013, pour ses 850 ans, Notre-Dame a de nouveau connu son heure de gloire sur les timbres de la poste pour son anniversaire. 

Aussi, si vous êtes déjà entrés dans cette cathédrale, dites-vous que vous avez foulé le même sol que Napoléon, qui fut l’un des premiers protecteurs de la cathédrale quand il a décidé que ce serait le lieu de son sacre le 2 décembre 1804.

Tableau du sacre de Napoléon dans la cathédrale Notre-Dame de Paris
Le sacre de Napoléon en 1804

Un autre acteur important de la rénovation de la cathédrale au fil des siècles aura été l’architecte Viollet-le-Duc qui a fait atteindre sa taille démesurée à la cathédrale avec la flèche et des rénovations au XIXe siècle. Pour terminer son œuvre, il a entouré la pointe de 16 statues dont 12 apôtres et se représenta lui-même à travers le visage de Saint-Thomas, seule statue qui observe son œuvre. Mais comme cela ne suffisait pas, il s’est aussi attribué la tête d’un roi décapité.

3 statues de la galerie de Juda de la facade de Notre-Dame
Statues de la galerie de Juda

D’ailleurs, nombreux sont ceux qui pensaient et pensent peut-être encore que ces rois étaient des rois français… Mais non, il s’agit des rois de la galerie de Juda dont on a retrouvé les têtes, 200 ans après qu’elles leur aient été enlevées, dans une cour du 9è arrondissement. 

Enfin, sur le parvis de Notre-Dame vous ne pourrez que trouver votre chemin. Si vous baissez le nez, vous y apercevrez le point de départ de toutes les routes de France, indiqué au sol. C’est à partir de là que sont calculées toutes les distances routières de France. Alors suivez le chemin qui vous plait !

Des trésors cachés dans la cathédrale

En 1920, le coq français installé tout en haut de la flèche a pris une valeur spirituelle dès lors qu’un trésor y a été placé. En effet, 3 reliques religieuses y ont été cachées notamment une des 70 épines de la couronne du Christ. Elle devait avoir pour but de protéger les habitants de la France et de veiller sur les fidèles de Notre-Dame. 

Couronne d'épines de la crucifixion du Christ
Couronne d’épines

Mais ce ne sont pas ses seuls trésors… C’est à l’intérieur de la cathédrale que reposent la couronne du Christ mais aussi un morceau de la croix sur laquelle il a été crucifié et un des clous de la Passion. On y trouve aussi exposée la tunique de Saint-Louis (Louis IX). C’est grâce à lui que les autres reliques sont devenues françaises ; et c’est dans cette simple tunique et pieds nus que Louis IX les avaient accueillies à Paris pour les porter jusqu’à Notre-Dame. Ce sont donc des richesses inestimables pour tous les catholiques à travers le monde.

C’est, accrochées dans les 2 immenses tours immanquables de Notre-Dame que se cachent celles qui résonnent et que l’on entend sans jamais les voir… les illustres cloches de la cathédrale. Elles sont au nombre de 8 et pèsent entre 1000 et 3000 kg, et 2 bourdons (cloches les plus grosses) de 13 tonnes ! Chacune d’entre elles porte un prénom, on pourra donc y trouver : Jean-Marie, Maurice, Benoit-Joseph, Etienne, Marcel, Denis, Anne-Geneviève, Gabriel, Marie et Emmanuel. On trouve aussi des plus petites cloches dans la flèche et dans les combles. Les plus anciennes sont suspendues depuis plus de 300 ans.

Plusieurs cloches de la cathédrales exposées dans Notre-Dame
Les cloches de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Venez les découvrir et les écouter résonner sans attendre !

Une légende qui intrigue

Les 2 portes de la cathédrale faites par le ferronnier
Les portes “du diable”

Enfin, l’ornement des portes de la cathédrale aurait eu le droit à un petit coup de pouce de la part du diable. On raconte que le ferronnier en charge aurait vendu son âme au diable pour pouvoir faire face à l’immensité du travail demandé. Il réalisa une oeuvre remarquable, d’une finesse incomparable. Mais, le jour de l’inauguration, les portes ne voulurent pas s’ouvrir. Elles n’ont cédé qu’une fois imbibées d’eau bénite. Ces portes restent donc un des nombreux mystères de cette œuvre incommensurable.

Une tragédie

Mais, le 15 avril dernier, la France a subi une destruction marquante de ce siècle. Une partie de la cathédrale a été dévorée par les flammes, un incendie qui a détruit la “forêt” et le toit de la grande dame de Paris, … 

Si vous souhaitez aider et participer à la reconstruction de la cathédrale, vous pouvez faire un don sur https://www.fondation-patrimoine.org

Article rédigé par Clotilde Sorel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu